Second Âge

Pour parcourir l'univers mythique de Greg Stafford !

Modérateurs : 7Tigers, deBorn, kristoff

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2889
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Second Âge

Message par 7Tigers » lun. 26 sept. 2022 13:07

Jeff Richard:

LES RUINES DE LA MACHINE

Au-delà des îles de Oubliés des Dieux, au-delà de la Cale de Talar et de la Ville Casino, se trouvent les ruines maudites de la Cité des Machines, l'un des lieux les plus hantés du Pays Saint. À la fin du Second Âge, les forgerons sorciers pragmatiques de la ville (alliés aux Érudits de l'Ambigu ou même à une sous-section des Érudits de l'Ambigu) ont fabriqué de nombreuses merveilles magiques, des objets magiques produits en masse, et ont même construit un dieu artificiel de roues et d'engrenages. Ces sorciers ont travaillé avec les habitants de Oubliés des Dieux, qui avaient développé une croyance athée enragée. Ensemble, ils se sont épanouis avec les nouveaux mystères dévoilés devant eux.

La Cité Clinquante tirait son nom des bruits infernaux des machines qui s'échappaient continuellement de ses moulins et de ses usines. La fumée et la boue souillaient l'air, la terre et les eaux. Des engrenages, des fours, des marteaux, des rouleaux plats et d'autres dispositifs fabriquaient des outils, des armes et des armures. Les sorciers-forgerons athéistes ont développé des machines radicales jamais vues auparavant ni même imaginées. Parmi leurs créations, on trouve des cerfs-volants parachutes, des hélicoptères à pédales, des ballons gonflables et une forteresse mobile. Les nains protestèrent contre le vol de leurs secrets, et les dieux protestèrent lorsqu'il sembla que les habitants produisaient en masse des objets magiques.

En fin de compte, les habitants de la Cité Clinquante ont vénéré leur construction comme le Dieu Machine, un dieu artificiel athée. Les nains, les trolls, les humains et les dragonewts des Terres des Ombres s'unirent pour détruire cette abomination.

Le siège de dix ans de la Cité Clinquante devint l'une des batailles épiques de la fin du Second Age. Les habitants furent aidés par des sorciers qui vivaient également près de l'île, et par de nombreux réfugiés jrusteliens venus d'autres villes. La lutte est connue des gens de toute la région, et pendant un moment, il a presque semblé que les Races Anciennes allaient forger à nouveau l'unité oubliée du passé. Grâce à cette coopération, la ville est finalement tombée, ses habitants massacrés, ses pierres dispersées et ses métaux pillés.

Tout ce qui resta derrière fut des ruines maudites, semées de pièges, de désuétude et de fantômes. Les ruines sont maintenant appelées les Ruines de la Machine, et les dégâts de ces anciennes batailles sont encore visibles. Par exemple, la ville se trouve au sommet d'une haute falaise au bord de la mer, et quelle que soit la marée, les vagues atteignent toujours avidement la falaise bien au-dessus du niveau de la mer, impatientes de détruire à nouveau. Les trolls y ont laissé un gardien mystique, une ombre maudite qui parfois roule lentement sur le sol, même en plein midi, ou parfois se forme, puis se dissipe, cherchant dans les endroits les plus minuscules et les plus cachés quiconque oserait pénétrer dans ce lieu - avec l'intention de le garder oublié et craint.

Image

Toutes les inventions de Da Vincis sont des exemples du genre de machines que les sorciers-forgerons de la Cité Clinquante ont pu construire.

Imaginez ce qui se passerait si un culte entier de da Vincis avait accès aux ressources et au soutien du sultan ottoman.

Bien sûr, il a été détruit - c'était une abomination. Mais quelle magnifique abomination c'était !

En bref - d'avantage du da Vinci punk que du steampunk.


Ils étaient athées de la même manière que les Brithini le sont - les dieux ne sont rien de plus que des mortels imposant une personnalité anthropomorphique aux forces et énergies naturelles.


L'île de Kostern (sur laquelle se trouvent les ruines) n'est pas très grande, environ 40 km sur 30 km. Les Ruines de la Machine elles-mêmes se trouvent sur une île plus petite qui fait moins de 4 km carrés. Pensez à quelque chose de la taille de la vieille ville de Dubrovnik ou de l'Innenstadt de Lübeck.

Image

Cette carte aide vraiment à souligner à quel point Esvularela était petite au Second Âge. C'est essentiellement une bande de 15 km de large et 60 km de long, au-dessus des falaises. Au Troisième Âge, une grande partie de cette forêt a été abattue et peuplée, mais davantage par des habitants du nord et de l'ouest que du sud. Les quatre cinquièmes de tous les Eoliens se trouvent encore au sud de la rivière Minthos.

Et nous avons toujours une division entre les Eoliens d'Esvular et Bandori, et les athées de Oubliés des Dieux. Oubliés des Dieux est un endroit étrange, et les gens sont considérés comme étrangement différents par les autres dans le monde. Heureusement, ils sont peu nombreux et considérés comme moins dangereux qu'auparavant.


Le gardien mystique placé là par les trolls est une chose sacrément effrayante - "une ombre maudite qui parfois roule lentement sur le sol, même en plein midi, ou parfois se forme, puis se dissipe, cherchant dans les endroits les plus minuscules et les plus cachés quiconque oserait un jour y pénétrer". Imaginez cela comme le plus grand élémentaire des ténèbres que vous ayez jamais vu, dont l'effet Stupeur est presque toujours mortel. J'imagine un peu comme quelque chose comme Alioth de la série Loki :

Image

Répondre