Le Malkionisme

Pour parcourir l'univers mythique de Greg Stafford !

Modérateurs : 7Tigers, deBorn, kristoff

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » dim. 18 juil. 2021 11:11

Jeff Richard:

Fronela: Le Ban des Syndics

L'un des événements magiques les plus remarquables de Glorantha s'est produit il y a un peu plus d'un siècle : le Ban des Syndics.
Voici le récit Lunar :

Fronela a été visitée par un désastre en 5/37 lorsque le Dieu des Pieds d'Argent a été assassiné par un conclave de sept prêtres puissants. Cet acte blasphématoire a fait s'effondrer le Ban des Syndics sur toute la sphère d'influence du dieu : Fronela.

Tout Fronela a été placé sous le coup d'un interdit de communication. Les déplacements étaient limités à leur propre territoire. La définition précise de ce territoire variait selon les lieux et les cultures. Mais peu de gens gouvernaient des terres situées à plus d'une semaine d'intervalle. Les voisins devenaient des souvenirs, et tout Fronela était contraint à la solitude et à la paix, coupé même de ses alliés.

Les étrangers qui tentaient de pénétrer dans Fronela, de quelque direction que ce soit, étaient détournés ou tués. Les Sélénefs furent les seuls à réussir à franchir la barrière. Elles entreprirent un voyage périlleux à travers les terres cachées.

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » dim. 10 oct. 2021 11:40

Magie & Chaos selon les Vadeli, par Greg Stafford

QUELQUES COMMENTAIRES ANCIENS SUR LA MAGIE ET LE CHAOS

Un texte des Erudits de l'Ambigu annoté par Greg Stafford, récemment redécouvert dans un entrepôt à Berkeley :

La Nature de la magie se trouve dans les origines du monde, où les dieux ont accompli les actions qui devaient déterminer l'être du monde.

Dans Glorantha, comme dans notre propre monde, le point crucial de toute l'affaire trouve son origine dans le Premier Commencement (oui, il y a eu d'autres commencements). La crise et le point de division du monde résident dans la séparation des Premiers Dieux et du Chaos. Comme le dit la prière des Anciens Vadeli :

Rompez, rompez, laissez-moi tranquille !
Enlève tes mains, je les couperai !
Enlève tes pieds, je les piétinerai !
Détourne ton regard de moi, je ne peux pas te supporter !
Ne me suis pas, tu es mon ennemi.
Ne me poursuis pas, je te tuerai !
Ne t'approche jamais, maintenant nous sommes séparés.
Ne t'approche pas, nous ne sommes plus les mêmes.

Ce sont les mots que les Anciens Vadeli ont entendus lorsque le monde a été créé, et ils rapportent que ces mots étaient le refrain de tous les Gris, peu après leur auto-conception dans les entrailles du Chaos. C'est aussi le chant qu'ils chantent lors de l'accouchement, pour protéger la mère-dieu et le nouveau-né.

La peur, voire la terreur, qui est facilement perceptible dans ce chant de naissance, définit tout le modèle de l'avenir pour les Vadeli. Elle initie le conflit qui est implicite à la simple Existence et à l'Être, par opposition aux vertus ou aux maux du Chaos. La lutte est acceptée comme la base de l'existence, et l'opposition qui a été établie au premier commencement se poursuit dans toute la création.

Pendant tout l'Âge des Dieux intemporel, les Gris, et leurs enfants des Éléments, ont réussi à maintenir la prière des Vadeli forte, et à maintenir l'Existence sans Chaos. Les 5 sources élémentaires se sont reproduites et multipliées, créant le monde des Dieux. Les Gris se sont imprégnés du monde entier, donnant une grande force intérieure qui a permis tous les miracles de l'Âge des Dieux.

Pourtant, à la fin, leurs forces ont prouvé leur faiblesse, et ont même aidé à la faire ressortir. Cela a failli provoquer la fin du monde, comme l'exprime succinctement une citation illégale, tirée du Livre Sans-corps des Yong, une secte qui est censée avoir disparu avec la dissolution de l'Empire des Amis du Wyrm :

"La loi est sa propre perversion. L'amour est sa propre destruction. La guerre se battra jusqu'à l'épuisement, tandis que même la Vérité s'épuisera jusqu'à la mort. La fin de l'Age des Dieux en est la preuve. La fin de l'Age des Dieux est arrivée quand les dieux sont devenus trop gros. Ils ont rempli leurs propres mondes avec les Gris, prenant et multipliant les Lois, les Amours et les Loyautés pour convenir aux races engendrées en leur sein. Ils ont diffusé leurs énergies en soutenant les Lois, et quand ils s'en sont remplis, ils se sont tournés pour se répandre dans les autres divinités. C'est le début de la Guerre des Dieux. C'est l'origine du Chaos dans notre monde."

Le conflit d'opposition entre le Chaos et le Cosmos a fini par s'immiscer dans la fibre même de la Création. C'est, bien sûr, essentiel à cette existence même basée sur le conflit et l'opposition primitifs. L'intégration au Chaos signifiait la perte de l'Existence, qui s'est diffusée dans la création comme étant un conflit de chaque élément au sein des parties de lui-même. Dans les premières générations de divinités, chaque élément est rigidement confiné par son caractère essentiel à l'un des deux sexes. Pourtant, après leur auto-développement sous l'influence des Gris, chaque élément a fini par engendrer des générations contenant tous les genres que nous reconnaissons communément.

Ceci, bien sûr, a permis le plus grand partage et l'exploitation positive du Réseau d'Uleria, et a finalement conduit à la reproduction entre les éléments et à la liaison des coutures du monde. Tout ceci est confirmé par le Livre de Zzabur, bien que les Brithini aient rejeté ses implications.


Jeff Richard:

LE CONTE DE LA TÊTE VIDE

Un autre texte des Erudits de l'Ambigu pour votre plaisir !

Ce qui suit est un conte populaire, sous une forme ou une autre, parmi les peuples de tout le continent de Genertela. Sa large diffusion est une indication de la vérité qu'il contient. Les sorciers Brithini prétendent avoir trouvé la preuve de la véracité de ce conte dans des fragments du Livre Bleu de Zzabur.

"Il était une fois un vieil homme, si vieux qu'il ne se souvenait plus de son nom ni même d'où il venait ou où il était. Il vivait au sommet d'un grand dôme appelé COQUILLE D'OEUF qui flottait dans la mer, et son nom était TETE-VIDE.

Un jour, la tête vide fut abordée par deux personnes, généralement appelées Visage de pierre et Corps chaud. Ces deux personnes demandèrent poliment à Tête-Vide la permission de creuser sous la Coquille d'œuf pour se faire une maison. Tête vide, qui n'avait jamais considéré une telle chose comme nécessaire, donna sa permission.

Face de pierre et Corps chaud creusèrent longtemps, jusqu'à ce que la terre soit empilée aussi haut qu'eux et que le trou soit aussi profond qu'eux. Puis ils s'allongèrent ensemble pour se reposer, et lorsqu'ils sortirent du trou, ils amenèrent avec eux une petite fille. Le couple qui l'avait trouvée dans la fosse l'appela Ebon.

Le lendemain, c'est Ebon qui creusa, tandis que ses parents montaient la garde au bord du trou. Le corps chaud recouvrait les parois du trou de claratha pour éviter les glissements de terrain, tandis que le visage de pierre traversait le trou avec une longue perche, puis suspendait une longue corde appelée Serpent-puissant jusqu'à sa fille. Et après que le trou ait été creusé de la profondeur de la taille d'Ebon, elle émergea en portant son jeune fils.

Cela continua ainsi pendant des générations, jusqu'à ce que le trou soit si profond qu'il ne soit plus qu'un œuf creux. La surface était alors très peuplée, et finalement les nouveaux arrivants indisciplinés ont poussé le vieil homme dans la mer, et ils ont fait de cet endroit leur propre château. Ce château s'appelle la Colline des Quatre plus Un.

C'est maintenant que le château a reçu son nom, car il s'appelait à l'origine la Colline des Quatre. Il était divisé en quatre parties égales, chacune dirigée par l'un des Seigneurs de Quartier, où vivaient également leurs serviteurs, leurs familles, etc. Ils vivaient tous ensemble, ne mangeant que du claratha, et vénérant dans leur gloire. À cette époque, on sait que de nombreux serviteurs et autres se sont joints à des comportements non spécifiés avec les peuples des autres quartiers. Pourtant, avec la claratha, il fallait s'y attendre. Ce qui a été une surprise, c'est que deux des Seigneurs de Quartier ont abusé de la claratha une nuit et ont engendré une jeune créature aussi puissante qu'eux.

Ce n'était pas mauvais en soi. Il y avait déjà les êtres gris, qui vivaient dans le château appelé l'Aiguille, et ces êtres gris étaient certainement aussi puissants que les Seigneurs de Quartier. Mais ce nouveau personnage, que tout le monde a rapidement appelé TROUBLE, n'était pas un Gris. Sa place était sur la Coquille d'œuf, et il a exigé une place au sommet comme son droit. Devant le refus qui lui fut opposé, il rassembla quelques amis, prit d'assaut les quartiers de sa mère et de son père et s'en fit le seigneur. Peu après, il fut écrasé par les lances de son père et les haches de sa mère, et ses partisans s'enfuirent. Trouble fut jeté à la mer, laissé à nager pour toujours dans l'océan sans rivage.

Mais Trouble revint, et bien plus puissant qu'avant. Au milieu des vastes océans, Trouble avait rencontré Tête-Vide, et bien que le vieil homme ne le sache pas, il portait une arme contre les Seigneurs de Quartier. Il ne la comprenait pas, mais Trouble la comprenait. L'arme était l'épée, et elle avait été fabriquée par un Gris ou était un fils de Trouble. Nouvellement armé, Trouble retourna en rampant sur la Coquille d'oeuf. Ce qui suivit fut la Guerre des Dieux, un terrible Âge des Ténèbres, dont les conséquences se font encore sentir aujourd'hui."

Notes:
Et comme le texte précédent, il y a beaucoup de choses là-dedans. Le texte date probablement du début du Second Age, et le conte avait déjà été résumé et clarifié par les missionnaires Theyalan qui nous ont donné les noms que nous connaissons le mieux. Mais sous une forme ou une autre, ce conte était connu de Kralorela à Seshnela.

Ces deux essais + celui du Pays Saint sont liés.

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » lun. 11 oct. 2021 11:35

A propos des Gris (Grey Ones / Gray Ones en VO):

Sartar : Kingdom of Heroes (page 164) les présente comme un sous-culte de Lhankor Mhy, et a ceci à dire à leur sujet :
Les Gris étaient un groupe qui a évité le Chaos et trouvé le chemin de la sécurité avant l'apparition du Temps. C'est d'eux que le culte a appris l'art de faire des cartes, mais ils ont également enseigné l'art de copier des documents afin que le culte puisse mieux préserver la connaissance. De nombreux dieux mineurs du culte sont des Gris, et c'est à cause d'eux que les adorateurs ont reçu le surnom commun de "Sages Gris".
Dans le vénérable livre de règles de RuneQuest 2 (page 58):
VÉRITÉ - Rune des anciens dieux du ciel qui voient tout. On dit qu'elle représente la torche que les Gris ont utilisée pour échapper au Chaos.

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » dim. 31 oct. 2021 09:29

Jeff Richard:

J'ai récemment discuté avec Nick Brooke des Malkioni du troisième âge de Seshnela et Fronela. J'ai pensé partager certaines de ces notes, autant pour me les rappeler !

Les Malkioni ne sont pas du tout médiévaux, mais plutôt de l'Epée et de la Sorcellerie moorcockienne ou vancéenne. Le cœur des Malkioni est le conflit entre les rationalistes et les sauvages. Le Malkionisme est obsédé par l'imposition de la raison au monde - les non-Malkioni sont des sauvages barbares et irrationnels, même s'ils dirigent de vastes empires. Les Malkioni sont toujours hyper-civilisés, assistés peut-être par des demi-barbares, mais ils sont eux-mêmes toujours des hommes (et des femmes) d'action rationnels et réfléchis. Leurs ennemis sont toujours sauvages, irrationnels, superstitieux, gouvernés par la peur et l'ignorance.

Ce conflit entre la raison civilisée et l'irrationalité sauvage est au cœur de l'image de soi des Malkioni. L'abandon du paradigme médiéval permet à l'Occident d'être plus moorcockien et plus axé sur l'épée et la sorcellerie, avec des sorciers mendek manipulant des talars moorcockiens, aidés par des holaris à moitié sauvages, et avec tout le travail effectué par de vastes foules de dronars qui sont tous ignorés par tous les autres.

L'archétype du héros des Malkioni est un héros réfléchi qui agit ET remet en question la justesse de ses actes (toute cette histoire de chevalerie Hrestoli) jusqu'à ce qu'il réalise que ces doutes sont voués à l'échec. Et ensuite, notre héros agit ! Pendant ce temps, notre héros est aidé (et frustré) par les zzaburi qui suivent partout où leur logique les mène à leur conclusion. Ensemble, ils affrontent des hordes de sauvages presque sans âme, des tentatrices extatiques et des monstres sombres.

Image

Nick Brooke:

Comme je l'ai dit à l'époque, il y a des traces de Kirk/Spockerie dans la relation entre Hrestoli et Zzaburi, au cœur de la chevalerie et de la sorcellerie Malkioni.

Greg Stafford a écrit en 1995 : "L'Ouest est ma version glorantienne du paradigme médiéval de la réalité mythique. C'est la cave de notre mode de pensée moderne. C'est là que l'on peut jouer avec les failles et les forces mythologiques de notre façon d'être occidentale."

Ce n'est pas surprenant. Joseph Campbell a consacré l'un des quatre livres de son "Masques de Dieu" à la mythologie occidentale, et Glorantha a toujours été très syncrétique (c'est-à-dire que si un thème existe dans la mythologie du monde réel, vous le trouverez probablement en écho dans Glorantha).

Mais cela ne signifie pas simplement que "l'Occident est médiéval" : cela signifie que les racines de l'Occident glorantien sont partagées avec les fondements mythologiques omniprésents du Moyen Âge. Ainsi, les connaissances transmises par les Anciens, les sectes monastiques et ascétiques préservant et améliorant les différentes traditions, la logique et la science comme voies d'accès à la vraie connaissance, les mérites concurrents de l'action chevaleresque par rapport à l'apprentissage livresque, ou encore de l'érudition pieuse par rapport à la force brute et à l'ultima ratio regum.

C'est mon genre de Malkionisme !

Le problème, c'est qu'il existe aussi des approches simplistes ("Seshnela, c'est la France médiévale ! Safelster, c'est l'Italie de la Renaissance !") qui, bien que très attrayantes, peuvent dissimuler plus qu'elles n'éclairent. L'art et la présentation des interprétations précédentes (Loskalmi en plaque gothique ; "Bormandie") n'ont pas beaucoup aidé.
Je pense que beaucoup de bébés ont été jetés avec l'eau du bain (franchement, parfaitement utilisable par les normes médiévales), et je vais faire ma part pour sauver l'Ouest de son état actuel de négligence dans un prochain recueil de pensées et d'essais, que Jeff soutient généreusement.

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » ven. 7 janv. 2022 09:59

Jeff Richard:

Zzabur.
[ prononciation: zah-BOOR ]

Nous connaissons tous cet homme - le fils de Malkion dans la plupart des histoires, et le Premier Sorcier. On dit qu'il existe depuis plus de cinq mille ans, qu'il est le maître de la caste des sorciers Brithini et que sa sorcellerie a détruit des nations entières, fermé les mers et a failli, par deux fois, changer la nature même du monde.

C'est un peu la figure de Pandelume dans La Terre Mourante de Vance. Comme Pandelume, Zzabur possède la connaissance de nombreuses choses qui sont autrement perdues ou inconnues des mortels, "y compris la méthode de création de la vie artificielle, de tous les sorts qui ont été inventés, et des sciences banales comme les mathématiques". Mais comme Pandelume, Zzabur est un mortel (bien que sans âge). Il n'est ni parfait ni infaillible, bien qu'il n'admette jamais une erreur.

Et comme Pandelume, Zzabur n'existe plus dans ce monde, car lui et son île de Brithos ont disparu du monde terrestre, sans que personne ne le regrette.

J'imagine que Zzabur est incroyablement seul, éloigné même de ses compagnons Brithini. Il se souvient avoir interagi avec les dieux, il les considère comme des êtres comme lui - mais il n'est pas un dieu. Il a été un témoin de première main de beaucoup des déclarations de son père, du moins au début. Mais Zzabur a rejeté la deuxième révélation de son père, celle de Solace, et il n'a pas accompagné son père lorsqu'il a quitté Brithos. Certains prétendent que Zzabur était un parricide et qu'il était même responsable de la mort de Malkion, mais la plupart disent qu'il a tourné le dos à son père et a pris ses propres dispositions pour survivre à la fin du monde.

Greg n'a jamais aimé Zzabur et ce qu'il représentait (et donc, dans toutes les histoires de Greg, Zzabur passe pour un connard arrogant), mais il a été une partie importante de Glorantha et l'un de ses premiers personnages.

Le bon vieux Zzabur est généralement présenté comme le premier ou le deuxième fils de Malkion avec la déesse Britha. Zzabur a reçu le Grand Don de sorcellerie de son père, qui était un mortel et non un dieu.

Bien sûr, Zzabur est un pur ego - il est le grand objectivateur. Il est l'intellect qui se dresse entre Nous et les Choses. Il cherche à survivre à n'importe quel prix, sachant qu'en tant que mortel, son ego est tout ce qu'il y a pour lui - l'âme est un radotage sentimental et l'esprit est simplement une énergie animatrice. L'égoïsme est son moteur - un égoïsme très personnel. "Je SUIS ce que je SUIS".

C'est aussi un très très vieux mortel qui vit seul dans une tour et qui sait beaucoup de choses.

Représentation dans le jeu de plateau Glorantha: The Gods War:


Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » ven. 7 janv. 2022 10:00

En non officiel, l'interprétation hénothéiste éolienne du Dieu Invisible, par Katrin Dirim

Image

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » sam. 8 janv. 2022 10:33

Jeff Richard:

La Voie d'Hrestol a vu le jour dans le pays de Seshnela en l'an 2 ST, mais son importance découle de la culture dont elle s'est séparée, les Brithini. Cette culture préhistorique a débuté bien avant les Ténèbres et est à l'origine de la culture occidentale de Glorantha.

L'ancienne race de Brithos était appelée les Malkioni, du nom de son père et fondateur, ou parfois Brithini, du nom de la déesse de l'île qui était la mère de ce peuple.

Malkion et Britha eurent cinq enfants, dont quatre fils qui établirent les quatre castes Malkioni. Il y avait aussi une fille qui a établi les prêtresses Britha, si importantes sur Brithos. Les enfants de Malkion ont peuplé le pays, et ont établi le Royaume de la Logique et sa forme.

Talar était l'aîné, et il reçut la Couronne de Malkion comme sa part du royaume de son père ; Zzabur le Sorcier Suprême était le deuxième, et était le maître du monde spirituel ; Horal Fils-de-l'épée était le troisième, et était un soldat qui portait une épée de Humakt le dieu de la guerre ; et Dronar Charrue était le dernier, qui avait tant d'enfants qui travaillaient joyeusement pour le soutien des frères aînés.

Les Malkioni s'en sortirent bien pendant la Guerre des Dieux, surtout grâce aux compétences de Zzabur, qui était aussi puissant que beaucoup de dieux de l'époque. Une fois, ils ont même évité un terrible conflit interne qui aurait pu les déchirer et en faire des proies faciles pour le Chaos, comme cela est arrivé à tant d'autres.

Cet événement a conduit le fils aîné de Talar, Froalar, prince et héritier du trône, à quitter Brithos pour éviter une guerre civile avec ses frères. Beaucoup d'autres sont partis avec lui et ils ont fondé la première colonie Malkioni appelée Froalarwal (plus tard raccourcie en Frowal) à Seshnela.

Froalar conduisit son peuple, appelé Seshnegi, à travers les Grandes Ténèbres, et aida même les adorateurs de bêtes sauvages hostiles qui étaient ses ennemis. Sa femme, Xemela, accomplit un sacrifice de soi héroïque et sauva son peuple des démons des ténèbres et du Chaos. Lorsque l'Aurore arriva, les peuples de Frowal se trouvèrent bien lotis par rapport au reste du monde.

Cependant, les barbares des collines sauvages ne montrèrent ni gratitude ni amitié, et retournèrent rapidement au harcèlement et à la guerre. Froalar et sa cour de zaburi étaient désemparés quant à la marche à suivre. La déesse Ifttala, une fille de Seshna Likita, la Déesse de la Terre, était la mère des barbares des collines et tant qu'elle les aiderait, l'Âge de l'Aurore serait régi par la guerre et les conflits.

Ainsi, au printemps de la deuxième année du Temps, le Prince Hrestol, fils du Roi Froalar, jura de tuer Ifttala et d'apporter la paix au pays. Quand Hrestol demanda aux zzaburi de son père comment faire, ils répondirent :
"Tu dois être comme un dieu et savoir ce qu'ils savent. Tu dois être un chef, comme tu l'es maintenant. Mais ce n'est pas suffisant. Tu dois être un guerrier, et savoir manier l'épée aussi bien que n'importe quel homme élevé pour cela. Tu dois connaître les prières, comme tes cousins qui étudient avec moi. Et tu dois connaître les secrets de la terre, comme les laboureurs qui nous nourrissent. Ce n'est qu'ainsi, en combinant les quatre tâches que Malkion a confiées à ses fils, que tu seras comme un dieu pour accomplir la tâche d'un dieu."

Le tribunal craignant qu'il s'agisse d'un blasphème, Hrestol se purifia et se rendit au temple de Malkion le Fondateur pour interroger l'ancêtre. Malkion se révéla à Hrestol et offrit au héros un casque et un bouclier, une armure et une épée, ainsi qu'un livre. Tout en faisant cela, il parla en disant : " Que les anciennes coutumes changent à Seshneg, car vous êtes attaqués par un ennemi puissant. Que ceux qui veulent diriger le fassent. Que ceux qui veulent se battre le fassent. Que ceux qui veulent récolter et semer le fassent. Que ceux qui veulent étudier et apprendre la sorcellerie le fassent. Allez-y, et faites ce que vous voulez, car mes bénédictions vous accompagnent. Et que tous les dieux vous regardent avec faveur."

Et c'est ainsi que le Prince Hrestol devint le premier des Hommes-de-Tout, les champions des Malkioni. Hrestol devint le meilleur épéiste du pays. Il apprit les secrets terrestres des fermiers et les sorts de combat qui émoussent les lames ennemies et arrêtent l'écoulement du sang d'une blessure. Il étudia le livre sacré que lui donna Malkion et qui fut la base du Code d'Hrestol. Il apprivoisa le cheval sauvage et apprit à se battre à cheval. Quand il fut prêt, Hrestol alla dans la terre et, avec l'épée de Malkion, il tua Ifttala.

Bien qu'ayant réussi dans sa quête, Hrestol fut tué, non par les barbares, mais par Seshna Likita, la mère d'Ifttala et déesse de la terre. Cependant, le Prince parvint à conserver une partie de sa mémoire, de ses compétences et de son identité dans le Pays des Morts et poursuivit sa quête.

Lorsque le roi Froalar apprit la mort d'Hrestol, il partit lui-même implorer le retour de la vie de son fils. Froalar rencontra la déesse Seshna Likita et réussit à négocier avec elle le retour d'Hrestol. Froalar ne put rendre Ifttala en retour, et Hrestol fut donc exilé à jamais de Seshnela. Hrestol commit ensuite d'autres grandes actions, mais aucune n'eut la même portée ni la même importance que son meurtre d'un Dieu. Hrestol enseigna à d'autres la voie des Hommes-de-Tout (parfois traduite par "chevalerie" ou "chevaliers") et ils atteignirent la grandeur et restèrent un exemple brillant pour l'humanité pendant des générations.

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » lun. 10 janv. 2022 09:27

Jeff Richard:

Alors parlons un peu de certains des mouvements Malkioni du Troisième Âge.

Le Second Âge a brisé le Malkionisme. Répétons-le : le Second Âge a brisé le Malkionisme. La plupart des centres intellectuels du Malkionisme - Jrustela, Seshnela et Brithos - ont été engloutis, brisés ou ont disparu. Les Océans - longtemps les autoroutes des Malkioni - ont été fermés à l'humanité.

L'Hrestolisme - le courant principal du Malkionisme depuis le début de l'Aurore - a reçu un coup catastrophique. Pas seulement en nombre, mais aussi en confiance en soi. Le Dieu Invisible avait frappé contre les Érudits de l'Ambigu et l'Empire de la Mer du Milieu.

Ce ne sont pas les cris de ralliement des ennemis de l'Hrestolisme - c'est ce que l'establishment Hrestoli dominant a convenu. Quelque chose avait terriblement mal tourné dans le Malkionisme - et le courant dominant de l'Hrestolisme était à blâmer.

C'est ainsi que le Troisième Âge s'ouvre sur des intellectuels de Malkion - surtout parmi les zzaburi et les talars - qui tentent de comprendre comment les choses ont mal tourné. A Loskalm, les Irensavalistes ont dit que c'était parce que les soi-disant Hrestoli adoraient Makan le Démiurge au lieu du Dieu Invisible. Ils ont profondément inspecté la vie et les actes d'Hrestoli et les Nouveaux Idéalistes ont proposé une forme radicale d'Hrestolisme qu'Hrestoli lui-même n'aurait pas reconnue.

Dans les ruines de Seshnela et de Tanisor vint une autre réponse - le problème était Hrestol lui-même. Il a déformé le malkionisme pour pouvoir assassiner la fille de Seshna Likita et conquérir les Pendali (qui se sont avérés être les ancêtres des talars de Tanisor). Hrestol a trahi le Malkionisme et si les Malkioni devaient survivre, ils devaient essayer de trouver comment adapter le Malkionisme au monde du Temps sans suivre la voie de Hrestol. C'est l'origine du Rokarisme.

À Ralios, beaucoup ont conclu qu'Arkat n'était probablement pas le méchant que les Érudits de l'Ambigu ont prétendu qu'il était, et une myriade de sectes prétendant connaître les secrets de l'Empire des Ténèbres ont vu le jour.

C'est dans ce contexte que le Malkionisme s'est développé au Troisième Âge. A Tanisor (qui revendique maintenant l'ancienne Couronne Serpent de Seshnela), le mouvement Rokari est soutenu par les talars et presque tous les Zzaburi y adhèrent publiquement. Ils ont extirpé du Malkionisme les erreurs et la corruption de Hrestol, Arkat et des Érudits de l'Ambigu - la preuve en est un royaume fort et puissant, l'Ouverture et la défaite de leurs ennemis.

Le seul vestige de l'Hrestolisme de la vieille école auquel je peux penser est la Côte des Châteaux. Nous la romançons souvent, mais réfléchissons à ce qu'elle est - la forteresse naine de Rhis, et les ruines de Frowal et Laurmal, plus quelques forteresses lourdement défendues. Je l'imagine un peu comme les derniers États Croisés, après la perte de Jérusalem.

Dans l'ensemble, je ne pense pas que les Hrestoli de la Côte des Châteaux soient remplis d'une confiance en soi optimiste. Au mieux, ils ressemblent aux habitants de Gormenghast, qui accomplissent des rituels dont ils ne connaissent plus le but. Au pire, ils sont les Vadraigh, qui se cachent dans des châteaux, ignorant volontairement les changements survenus au cours des 600 dernières années.

Il n'y a pas non plus beaucoup d'habitants sur la Côte des Châteaux - peut-être 50 000, ce qui correspond à peu près à la population du Lieu Lointain (la zone autour d'Alda-Chur plus Solitaire).

En bref, la Côte des Châteaux est un lieu mélancolique, qui rêve d'un passé auquel il ne croit plus, mais qui rejette un avenir auquel il ne peut participer.

Slontos, autrefois le joyau de l'Empire de la Mer du Milieu, a également été englouti. Les dirigeants de Ramalia sont en proie à la peur - et les seigneurs cruels s'accrochent au pouvoir avec l'aide de sorciers amoraux, qui Drainent tous ceux qui s'opposent aux dirigeants. C'est un état policier de seigneurs et de sorciers, soutenu par des soldats sadiques.

Des groupes comme les Princes Marchands Maniriens ou les Eoliens n'ont pas une grande influence sur le développement du courant dominant du Malkionisme. Ils sont trop éloignés, trop influencés par les Orlanthi (d'ailleurs, beaucoup les considèrent comme de simples Orlanthi avec quelques sorciers - ce qui n'est pas entièrement faux).

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » mar. 11 janv. 2022 09:45

Jeff Richard:

Dans le cadre de notre discussion sur les Malkioni du troisième âge, parlons de la route Manirienne et des Princes Marchands. Rappelez-vous ce que c'est - c'est une route commerciale entre Safelster et Esrolia, datant d'environ 400 ans. Pendant la Fermeture, c'était le seul moyen d'acheminer des marchandises et des personnes entre Ralios (et de là, Seshnela) et le Pays Saint.

La route a été fondée vers 1170 par un talar nommé Castelain, qui descendait du dieu Issaries et était vénéré par son groupe de parenté comme un ancêtre (ce qui est autorisé par les talars même dans le cadre du Malkionisme orthodoxe). Cette pratique était courante parmi les clans talars qui s'occupaient du commerce de longue distance sous l'Empire d'Argent et plus tard sous l'Empire de la Mer du Milieu, et de nombreuses familles talars de moindre importance ont retracé leur descendance jusqu'à Issaries. C'était à peu près l'époque où le Royaume de Jorstland dominait Ralios.

Castelain s'est enrichi de façon spectaculaire - imaginez la majoration du kafl, des épices, du fer et d'autres marchandises occidentales dans une Esrolia coupée du commerce. Bien sûr, il a mis ses proches - sa famille immédiate, ses cousins et d'autres membres du clan - dans le coup. Ils conclurent des pactes avec les tribus locales d'Orlanthi, établirent des colonies et des caravansérails et, en tant que talars, jouèrent rapidement le rôle de juges dans les conflits entre les tribus. Ils ont pris des épouses Orlanthi et Esroliennes et se sont intégrés au réseau local d'alliances et de parenté, mais ont conservé leur ancien rôle de talars, et ont invité les zzaburi à les aider. La paix a été maintenue afin que les biens et les personnes puissent être échangés entre Ralios et Kethaela - et lorsque Belintar a unifié Kethaela dans le Pays Saint, ce commerce a explosé !

Ils ont également apporté le Dieu invisible avec eux, bien que les habitants aient continué à vénérer les Porteurs de Lumière. Finalement, il y a eu un certain syncrétisme, bien qu'il ait été principalement unilatéral. Le Dieu Invisible est devenu un créateur distant, et les Porteurs de Lumière ont été vénérés par tous. Issaries était le favori des Princes Marchands - leur ancêtre et leur patron. Certains éléments d'Arkat provenant de Safelster ont probablement été transmis également, et les zzaburi de Safelster ou de Tanisor pouvaient gagner beaucoup d'argent en travaillant pour une famille de Prince Marchand.

Si cela vous semble familier, c'est en fait l'histoire de la Route de la Soie.

Mais le Malkionisme des Princes Marchands est en grande partie une vénération d'Issaries (en tant qu'ancêtre, donc c'est ok !). Avec des zzaburi importés pour leur donner de la respectabilité (il n'y a pas assez de locaux pour maintenir le nombre de sorciers - de plus, les sorciers importés sont mieux formés). Cela permet aux Princes Marchands de ne pas devenir complètement autochtones. Il est vrai que les zaburi sont bien payés pour ce travail.

Et donc les Princes Marchands ont une curieuse " prédominance " - les tribus locales travaillent avec eux parce que 1. ils sont de bons juges neutres, et 2. ils donnent aux tribus locales une part de leurs profits. Les Voix des Tempêtes locales reçoivent des cadeaux, les Prêtresses de la Terre sont consultées (et les Princes Marchands ne revendiquent pas la terre), et les guerriers sont engagés comme mercenaires et gardes. Tout le monde y gagne !

Du moins, jusqu'à l'Ouverture. Et soudain, il devient moins cher d'envoyer un bateau chargé de marchandises à Handra que de l'envoyer par voie terrestre à travers Maniria.

Et si cela vous semble familier, c'est essentiellement la théorie de Barry Cunliffe sur l'effondrement du Hallstatt Fürstensitze et la montée des migrations de guerriers La Tene.

Avatar du membre
7Tigers
Modo
Messages : 2253
Enregistré le : mar. 29 janv. 2019 17:51

Re: Le Malkionisme

Message par 7Tigers » mer. 12 janv. 2022 09:21

Jeff Richard:

Quelques notes sur les choses à garder à l'esprit lorsque l'on pense aux Malkioni :

Goûts et Dégoûts Particuliers

Les Malkioni se méfient des dieux en général. Il y a un fort courant de culte des ancêtres dans le Malkionisme, et parfois les Malkioni ont fait en sorte que leurs ancêtres surpassent les dieux en puissance, ou bien ont réduit les dieux à de simples héros surhumains ou à des ancêtres multinationaux. Certaines sectes rejettent toute vénération des dieux, d'autres font des exceptions pour des divinités spécifiques. Par exemple, au Second Âge, les Érudits de l'Ambigu ont répandu les cultes de Chalana Arroy, d'Issaries et de Lhankor Mhy à travers l'Empire de la Mer du Milieu. Même les sectes qui ne vénèrent pas les dieux oppriment rarement la vénération des dieux par les non-Malkioni.

La plupart des cultes d'autres dieux méprisent et craignent les membres de la caste zzaburi. Les zzaburi considèrent les dieux comme des individus qui se sont maîtrisés, comme les zzaburi s'efforcent de le faire. Ils considèrent les dieux comme des pairs. Ceux qui vénèrent les dieux sont des hommes inférieurs, ceux qui n'ont pas réussi. Naturellement, ces attitudes provoquent des frictions considérables entre les adorateurs des dieux et les zzaburi.

Les Malkioni se méfient et n'aiment pas les races anciennes en général, bien que des exceptions soient souvent faites par des sectes spécifiques. Les Malkioni mettent toutes les Races Aînées dans le même sac que les barbares des collines Orlanthi et même les monstres du Chaos jusqu'à la catégorie des "krjalk".

Les Malkioni reconnaissent la force du mal et l'appellent le Diable. Le Diable est le dieu du Chaos. Le Diable est le pire de tous les êtres qui ont oublié le Dieu Invisible, car il a retourné les forces merveilleuses de la vie contre lui-même et a essayé de détruire le monde dans le processus...
--------------------
Les talars descendent directement du fils premier-né de Malkion, Ils vénèrent leurs ancêtres - rois, héros et même dieux - comme un moyen de se connecter au pouvoir suprême du Dieu Invisible. Les plus anciens ancêtres étaient les enfants des dieux, et peuvent intercéder auprès des dieux Élémentaires et des Puissances au nom de leurs descendants. Par conséquent, les talars doivent apprendre soigneusement leur lignée, et agir comme des liens entre les générations passées de dirigeants et le temps présent.

À sa mort, la dépouille d'un talar est enterrée sous la terre. Des monticules, des sanctuaires ou d'autres structures sont généralement construits sur la tombe. Des cultes à des ancêtres spécifiques sont courants parmi leurs descendants. Au Premier Âge, les tumulus royaux des Rois Serpents de Seshnegi étaient des complexes sacrés et le centre de nombreuses activités religieuses. D'autres cultes de ce type, tels que ceux de Xemela, Hrestol, Gerlant et Talor, sont aujourd'hui vénérés par les membres de toutes les castes Malkioni.

Notes:
Il y a beaucoup de choses là-dedans - et beaucoup de choses qui font que les Malkioni ne sont plus des analogies grossières avec les chrétiens ou les musulmans médiévaux mais quelque chose de purement gloranthanesque.

Sous l'humanisme de Malkioni, les mortels peuvent et doivent exercer le pouvoir créatif des dieux sans avoir besoin d'adorer des êtres autres qu'eux-mêmes. Le monde peut être expliqué, compris et maîtrisé par la seule raison et la logique humaines.

C'est une déclaration radicale dans Glorantha. Les Theyalans, les Lunars et les Praxians la considèrent comme un orgueil dément. Les Races Aînées y voient une menace pas si voilée que ça.

Répondre